<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Sport sur Afrikara
Les derniers commentaires
  1uB0CUh5ym : caDuW9q8r9Ur ( 12 Mars 2017 17H38)
Het dorp heeft zich onlangs in een poll duidelijk genoeg uigoksprteen voor behoud van de vijver!! Met een beetje hulp van de Gemeente moet dat toch mo [lire la suite]
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

Et si on rêvait d’une Coupe du monde solidaire en 2xxx ? 
24/06/2006

La Coupe du monde de football et ses 32 équipes censées représenter le monde est un formidable moment de brassages humains, identitaires, d’assauts de sympathies, de saines émulations, de compétition certes. Elle est aussi devenu, au fil du temps, une des plus importantes foires commerciales de la planète.

Réunissant les commerçants et industriels au long cours, elle est parvenue à coups d’investissements publicitaires et d’une réelle utopie universaliste à impliquer dans son rayonnement, les 35 milliards de téléspectateurs que les chaînes de télévisions s’arracheront cette année 2006.

Une affaire de gros sous, de milliards. L’édition française de 1998 avait bien mobilisé 1,6 milliards d’euros en coût d’organisation, de construction, d’amélioration des infrastructures et en organisation, pris en charge pour moitié par les fonds publics. En 2006, les 15 sponsors internationaux et les 6 partenaires nationaux se sont acquittés d’un ticket d’entrée à cette foire lucrative en versant pas moins de 700 millions d’euros à la FIFA, organisateur de l’événement.

Sponsor historique et spécialement de l’habillement, fabricant du ballon du Mondial qui a déjà pulvérisé les 10 millions de vente, Adidas annonce en mai 2006 une prévision de dépassement de profits de sa branche football de 1 à 1,2 milliards d’euros … En réservant un périmètre stratégique aux ventes des produits des sponsors seuls à figurer en visibilité sur tous les supports des infrastructures de l’événement, l’organisation leur assure de rentrer dans leurs frais, pour les plus gros d’entre eux du moins, et d’asseoir une notoriété planétaire synonyme de nouveaux marchés.

Si le gigantisme des profits était le seul moyen de pourvoir à une occasion de faire fraterniser les humains, de leur donner à s’identifier à des collectifs, tels que la nation, le continent, la culture, etc. on pourrait en fermant les yeux sur l’amertume des avidités, accepter la transaction.

Mais à cette aune là, rien n’interdit le rêve de l’incrustation de logiques solidaires dans ce méga événement, comme pour d’autres de surface médiatique et financière comparables. Les sponsors pourraient intégrer dans leurs cahiers de charge des engagements équitables, solidaires, amicaux vis-à-vis de l’environnement, respectant le développement durable, luttant contre le racisme par exemple. Quelle impulsion serait ainsi donnée à ces logiques alternatives en lutte d’humanisation d’un capitalisme triomphant dans le meilleur et sans conteste dans le pire.

La préoccupation mondiale de la diversité culturelle, de la protection du patrimoine, des peuples autochtones et de leurs traditions et cultures trouverait une vitrine inespérée, et une économie du tourisme basée sur les savoirs anciens et merveilles du monde rapprocherait probablement davantage encore les peuples.

Imaginons des sponsors, tels Adidas, Coca, s’engageant dans la non-exploitation de la force de travail servile des enfants des pays en développement pour les équipements de la coupe du monde, avec comme porte-parole un non-blanc, indien ou afrodescendant, une décoration des émissions de télévision et tribunes VIP avec entre autres des objets d’art des civilisations anciennes, etc. Ne serait-ce pas là un message fort qui parlerait au delà du sport ?

Les sponsors et partenaires pourraient utiliser une partie de leurs ressources dans des projets divers de microfinance, et finance solidaire, de soutiens aux paupérisés du monde entier que la nécessaire solidarité planétaire ne s’en porterait que moins mal.

En attendant un tel avènement, et notre attente peut durer longtemps, comptons les buts, les milliards de dollars qui font de la joie de vivre du peuple des footeux, le meilleur allié de leur exploitation.

P.P, Z.B

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
rire

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>