<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Sport sur Afrikara
Les derniers commentaires
  jX4aO1aU : Sn0roZaby3 ( 21 Juillet 2016 12H27)
Yours is a clever way of thnnikig about it.
  a3ok0cvg : hEYPthiqG3 ( 29 Novembre 2015 09H03)
►MiniPhasme, qui m interpellez en ces tremes :Pour Bradamante* ou la haute Marphise*Sœur de Roger, il m’efbt, possible, prise bb* vous voyez le t [lire la suite]
  1 : 1 ( 16 Février 2015 16H06)
1
  1 : 1 ( 16 Février 2015 16H06)
1
  1 : 1 ( 16 Février 2015 16H06)
1
  1 : 1 ( 16 Février 2015 16H06)
1
  1 : 1 ( 16 Février 2015 16H06)
1
  1 : 1 ( 16 Février 2015 16H06)
1
  1 : -1' ( 16 Février 2015 16H06)
1
  nawal : 1852 ( 12 Août 2007 20H15)
maroc 2010 maroc 2010 maroc 2010 marc 010 matroc 2010
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

Le 15 mai 2004, l’Afrique du sud devenait le premier prochain hôte africain du Mondial de Football 
16/05/2007

En 2010 l’Afrique pour la première fois de son histoire aura la lourde charge, confiée à son représentant sud-africain, d’accueillir et d’organiser la coupe du monde de football, un des événements sportifs les plus suivis mondialement, capturant des milliards de téléspectateurs en audience cumulée sur une période intense de quelques quatre semaines. Une opportunité presque unique, une vitrine exceptionnelle pour rendre le possible d’une Autre Afrique visible. Un risque aussi, à la même mesure. Celui de voir le continent noir repris et ficelé ad vitam aeternam dans une vieille construction de préjugés occidentaux, que les œillères du prisme déformant de l’Autre instillent, aidées des trop habituels excès de pouvoirs d’une certaine élite africaine en vue. Une dimension cruciale du défi sud-africain de la coupe du monde 2010 sera de facto l’enjeu de pousser l’Afrique hors de la rubrique médiatique Absurdistan où elle trône, dans les façons de faire des appareils de production de l’information mondiale, dans l’imaginaire collectif habité par le primat ultralibéral de la compétitivité, en sus du regard colonial tristement encore toujours rémanent. Cette version de l’Afrique dont la force dans le contrôle social des sociétés de l’économie-monde occidentale ne se laisse pas surprendre à première vue, contaminant jusqu’aux certitudes de nombre d’Africains retournés en fervents agents afropessimistes.

 

C’est en 2004 que la FIFA [Fédération Internationale de Football Association], l’institution dirigeante du football mondial officialisait le choix de l’Afrique du sud pour accueillir en 2010 l’épreuve reine de ce sport à la popularité planétaire incontestable et croissante, la coupe du monde du football. Un choix qui, s’il était attendu depuis quelques années, puisque l’Allemagne n’avait coiffé l’Afrique du sud sur le poteau que d’une voix pour se voir attribuer l’organisation du Mondial 2006, n’en était pas moins historique. Le choix de l’Afrique comme continent hôte avait déjà fait l’objet de délibérations préalables, restait celui du pays, de l’aire géographique, culturelle, politique spécifique, du symbole ou du signe de toute évidence attaché à cette grande première continentale, mondiale. Demande africaine pressante et attente populaire non moins angoissée, la décision finale était d’autant plus redoutée que le mondial 2006 avait été au départ annoncé comme année de la première africaine, et la volte face de la FIFA avait fait naître des frustrations légitimes. La suspicion planait en définitive sur la tenue d’une promesse faite, chacun ayant à l’esprit que, à priori, tant pour les sponsors, les médias, l’économie capitaliste du football, la compétitivité immédiate du continent n’était pas nécessairement avérée, à l’instar de nombre d’autres domaines d’activité.

Avec un dossier défendu par trois prix Nobel de la paix, figures emblématiques de la lutte contre l’Apartheid et de son éradication, MM. Nelson Mandela, Frederik De Klerk, Desmond Tutu, la nation Arc-en-ciel s’imposait devant le Maroc dans un vote à bulletin secret le 15 mai 2004 à Zurich en Suisse où le comité exécutif de la FIFA avait enregistré les candidatures malheureuses de l’Egypte, de la Libye et de la Tunisie.

 

Le pays-identité visuelle d’une certaine Afrique nouvelle devra se mettre à bonne hauteur pour supporter le regard de milliards de téléspectateurs, recevoir probablement autour de trois millions de visiteurs dont des milliers de reporters, commentateurs, caméras à diffusion internationale. Un choix en définitive le meilleur possible renvoyant à une représentation résistante, héroïque d’une Afrique jeune, dynamique, traversée de profondes mutations politiques, économiques, sociétales et dotée d’une authenticité culturelle qui s’harmonise étonnamment avec l’impétueux corps à corps imposé par l’imprévue modernité.

 

 

Les rumeurs de plans B de la FIFA contre l’hôte africain ont été démenties début mai 2007 par le président de l’association gérant le football mondial, M. Blatter, ceci devrait stimuler l’engagement des Africains dans ce projet astronomique. 2010, c’est l’opportunité historique pour l’Afrique entière de se montrer à elle-même et au monde sous un jour nouveau. Aux africains, Etats, équipes nationales, fédérations de football, Union africaine, Panafricains et centres de réflexions, de se réapproprier cet événement planétaire unique et lui insuffler une dimension africaine propre : solidarité, volontarisme, alternatives économiques, contenu culturel africain. Le tourisme induit, les énormes marchés de la construction, de la rénovation des infrastructures, de la communication offrent aux artisans, PME/PMI, entreprises de communication, secteurs informels, industries culturelles de marquer de leur empreinte une attraction mondiale qui pourrait aussi être une méga vitrine pour la Renaissance Africaine.

ZB

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
abo

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>