<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Musique sur Afrikara
Les derniers commentaires
  farid : wanti ( 19 Janvier 2010 20H41)
salut
  Doévi abbey Dolay : kumbaya ( 28 Novembre 2008 02H43)
come by yah ou kumbaya ou encore kum ba yah, l'essentiel dont on doit retenir c'est que la chanson a marqué tout une génération,et telle le solei la c [lire la suite]
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

Kumbaya, la fabuleuse histoire afrocentrique d’un Negro Spiritual Classé 
17/05/2007

Il est tellement intégré à la culture Negro spiritual mondialisée, vibrante affirmation de la spiritualité nègre et africaine dans les Amériques esclavagistes, que peu questionnent la consonance pas franchement anglaise de cet hymne à la proximité divine auprès de l’humaine condition. Cela ne va pourtant pas de soi, Kumbaya nous doit le conte de sa vie, de sa geste, un trésor est caché dedans.

 

Les spécialistes du Negro spirituals, les ethnomusicologues comme Thomas Miller se souviennent que Kumbaya a vécu une de ces histoires fabuleuses, émouvantes des relations entre les Africains du continent et leurs Descendants Africains Américains. A l’origine cet appel direct de l’intervention divine aux côtés de l’humain est un spirituel traditionnel du peuple africain américain resté le plus éloigné de l’influence américaine, conservatoire précieux de l’héritage ancestral, les Gullah des régions côtières de Caroline du Sud. Souvent marginalisé ce peuple qui n’a reçu que tardivement une véritable reconnaissance nationale assortie tout de même d’un programme de préservation culturelle est demeuré typiquement africain par une bonne partie de sa culture : croyances dans les esprits des ancêtres, artisanat et vannerie africains, langues Gullah presque incompréhensible des autres Américains et Africains Américains créolisant des idiomes et syntaxes d’Afrique avec un anglais à l’accent distinctif …

 

On comprend mieux la syntaxe inhabituelle de «Come by yah, my Lawd» et cette prononciation échappée d’une lointaine histoire. Les Gullah sont à l’origine de «Come by yah» qui fera l’objet de premiers enregistrements dans les années 20-30. Plusieurs pasteurs comme le révérend Martin V Frey se sont vus attribuer la paternité de ce qui était un negro spiritual propre à ce peuple. Mais le plus original reste à venir.

 

Alors que «Come bu yah» ou «Come bu yuh» est déjà mentionné dans des enregistrements divers et cités dans des brochures, il arrive en Afrique, précisément en Angola d’où la traite négrière à grande échelle avait commencé au XVe siècle. Un couple de missionnaire l’apprend aux Africains qui le réinventent en «Kumbaya». Plus tard le couple revient aux Etats-Unis où il joue la nouvelle version de «Come by yah» dans plusieurs tournées, en pleine période de revival des chansons anciennes, des traditions du gospel et du spiritual.

Initié à la mystique africaine Kongo, rebaptisé «Kumbaya», «Come by yah» renaissait ainsi à l’Amérique pour ne plus jamais la quitter. Associé au mouvement des Droits civiques, il deviendrait vite un standard des feux de camps dans les rassemblements du mouvement scout ou de la jeunesse chrétienne [YMCA] parmi d’autres usages.

 

«Kumbaya» est aussi le témoin d’une vitalité que les relations culturelles entre les Amériques africaines et l’Afrique pourraient entretenir et prolonger jusque dans le quotidien insoupçonnable des activités religieuses, profanes, sociales se produisant banalement sur ces continents et les îles qui leurs sont rattachées. Il pourrait être également porteur d’un message réciproque de l’Afrique aux Amériques africaines et vice versa, Come by here, message d’une fraternité retrouvée entre Nègres Dispersés.

 

Pour mémoire, les paroles inoubliables de Kumbaya dont la puissance transcende les clivages religieux apparents, une œuvre culturelle et un imaginaire profondément nègres.

 

Kumbaya, my Lord, kumbaya

Kumbaya, my Lord, kumbaya

Kumbaya, my Lord, kumbaya

O Lord, kumbaya

Someone’s laughing, Lord, kumbaya

Someone’s laughing, Lord, kumbaya

Someone’s laughing, Lord, kumbaya

O Lord, kumbaya

Someone’s crying, Lord, kumbaya

Someone’s crying, Lord, kumbaya

Someone’s crying, Lord, kumbaya

O Lord, kumbaya

Someone’s praying, Lord, kumbaya

Someone’s praying, Lord, kumbaya

Someone’s praying, Lord, kumbaya

O Lord, kumbaya

Someone’s singing, Lord, kumbaya

Someone’s singing, Lord, kumbaya

Someone’s singing, Lord, kumbaya

O Lord, kumbaya

Kumbaya, my Lord, kumbaya

Kumbaya, my Lord, kumbaya

Kumbaya, my Lord, kumbaya

O Lord, kumbaya

 

Une autre version

 

Kum ba yah, my Lord, kum ba yah

Kum ba yah, my Lord, kum ba yah

Kum ba yah, my Lord, kum ba yah

Oh Lord, kum ba yah

Hear me crying, Lord, kum ba yah

Hear me crying, Lord, kum ba yah

Hear me crying, Lord, kum ba yah

Oh Lord, kum ba yah

Hear me singing, Lord, kum ba yah

Hear me singing, Lord, kum ba yah

Hear me singing, Lord, kum ba yah

Oh Lord, kum ba yah

Hear me praying, Lord, kum ba yah

Hear me praying, Lord, kum ba yah

Hear me praying, Lord, kum ba yah

Oh Lord, kum ba yah

Oh I need you, Lord, kum ba yah

Oh I need you, Lord, kum ba yah

Oh I need you, Lord, kum ba yah

Oh Lord, kum ba yah

Akam Akamayong

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
rire

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>