<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Musique sur Afrikara
Commentez cet article
Soyez le premier à commenter cet article.

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

Givin it up’ de Benson & Jarreau : Affiche de légende, verre à moitié plein et Grammy Awards 
29/06/2007

George Benson et Al Jarreau réunis sur un même projet, rien que pour la photo beaucoup signeraient les yeux fermés. D’où l’attente insoutenable des groupies qui avaient entendu se murmurer la rencontre des deux monstres sacrés ayant en commun un compagnonnage souvent réussi entre jazz et variété africaine américaine. Deux immenses artistes très identifiés par des styles vocaux si spécifiques, proches par la pratique en maîtres du scat, virtuose de la guitare pour Benson, habitués des premières places et consécrations dans le show biz, leur association allait-elle servir le flacon ou l’ivresse, ou les deux ?

 

Le résultat fin 2006 c’est Givin it up, album salué par le public, au personnel relevé, de Marcus Miller, Vinnie Colaiuta, Abraham Laboriel, à Paulinho Da Costa, en plus des prestigieux invités, Jill Scott, Herbie Hancock, Stanley Clarke et Paul McCarteney !

 

 

L’excellence guitaristique de George Benson des années jazz 70-80 continue d’écrire des lignes attrayantes et inspirées, sa voix et son scat se complètent avec un Al Jarreau qui par moment côtoie la perfection. Tout n’est pas à garder loin de là et quelques fois on hésite franchement. Autant la reprise de Tutu avec les paroles d’Al Jarreau apporte du Miles neuf sous le regard de Marcus Miller et le piano de Herbie Hancock, autant le tubissime «Breezin’» de Benson ne départage pas vraiment entre ceux qui crient au sacrilège que de chanter sur un des thèmes instrumentaux les plus populaires du vocaliste et guitariste, et ceux qui se plaisent à une relecture groovy de cette pièce d’archive exceptionnelle, donc unique.

 

 

Le verre à moitié plein c’est en définitive cela, une unanimité jamais acquise, ce qui est le lot commun des albums de reprises, mais quelques coups de maîtres hauts perchés dans le ciel des Irremplaçables, comme ‘Long come Tutu ou God Bless the Child de Bilie Holiday, sublimé par trois voix Jill Scott, Benson et Jarreau soutenues par six cordes old school guitare jazz dans une harmonie qui suspend littéralement le temps. Pureté. Let i train, offre à Patti Austin une complicité de premier choix avec Al Jarreau, une trompette façon Davis signée Chris Botti, des chœurs qui confortent un climat agréable et superbement taillé dans du velours.

 

 

A l’arrivée l’opus arrache deux Grammy Awards, si ce n’était totalement mérité ce serait au moins juste car Benson et Al Jarreau à eux deux représentent davantage qu’une collaboration, et ils parviennent avec Givin’ it up à donner un surcroît d’émotion, un horizon différent à des titres immortalisés comme Tutu.

 

 

Givin’ it up, George Benson & Al Jarreau, Concord Records/Monster Music, 2006

Ezezek

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
abo

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>