<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Artisanat sur Afrikara
Les derniers commentaires
  QWveGB0O : 0fHIpLGT ( 12 Mars 2017 17H50)
Hi Zeh.Pretty nice demo, with great easing for the camera.Tweener and Papervision are a great match, precisely because of Tweener’s decoupling w [lire la suite]
  mariette : TEMOIGNAGE DU RETOUR AFFECTIF DE MON MARI ( 28 Février 2017 11H32)

TEMOIGNAGE DU RETOUR AFFECTIF DE MON MARI

Bonjour je me nomme mariette mère de 2 enfants. Je vivais à Laval avec mon mari, quand en 2013 il déci [lire la suite]
  Jean : GRAND MAITRE DU RETOUR AFFECTIF ( 24 Février 2017 13H28)
Bonsoir Mme, Mr
Moi je me nomme Grand voyant marabout said ce qui signifie la solution a vos problème dans 7 jour, Je suis grand maître said du reto [lire la suite]
  corine : témoignage sur le retour de mon ex mari ( 26 Novembre 2016 21H41)


Je me nomme corine âgée de 32 ans j'habite dans le 59139 wattignies .
J'étais en relation avec mon homme il y a de cela 4 ans et tout allait bien [lire la suite]
  vanessa delcroix : Témoignage sur le retour de mon mari ( 12 Octobre 2016 00H30)
Témoignage sur le retour de mon mari

Bonjour à tous déjà je tiens a vous dire que ce n'est pas de mes
habitudes de venir sur les réseaux socio ma [lire la suite]
  said sauveur : GRAND MAITRE DU RETOUR AFFECTIF ( 12 Octobre 2016 00H28)
Bonsoir Mme, Mr
Moi je me nomme Grand voyant marabout said ce qui signifie la solution a vos problème dans 7 jour, Je suis grand maître said du reto [lire la suite]
  vanessa delcroix : ( 12 Octobre 2016 00H25)
Témoignage sur le retour de mon mari

Bonjour à tous déjà je tiens a vous dire que ce n'est pas de mes
habitudes de venir sur les réseaux socio ma [lire la suite]
  vanessa : Confession : « Voyance ou Maraboutage...QUI CONSULTER ? » ( 15 Août 2016 17H45)
Alors là les amis, vous pouvez me dire merci ! Je viens de vous donner les coordonnées de la voyante la plus célèbre .Et croyez-moi les sceptiques ser [lire la suite]
  ilocADP2xHqm : KQcm8AZ2A ( 21 Juillet 2016 19H45)
io non pretendo prorio un bel niente caro mio...siete voi che non vedete a più di un palmo dal naso! io non ho niente da dimostrare!Penso solo che le [lire la suite]
  jules : Témoignage : Refaire sa vie avec son ex , je l'ai vécu ( 04 Juillet 2016 12H23)
Jules, 27 ans « J’avais tout fait pour récupérer ma copine. C’était devenu maladif , j'étais dans un sale état. Je lui téléphonais tous les jours, j’e [lire la suite]
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

La grande leçon du petit djembé africain 
02/09/2007

Le djembé ou tambour africain est un des plus vieil outil de communication et de musique africain. Sa notoriété a explosé en Occident depuis les années 90 sans véritablement faiblir. Hier inconnu, il est désormais entré dans les dictionnaires internationaux des noms communs, ainsi qu’en atteste le Larousse de 2007. Une leçon qui vaut pour l’ensemble du capital culturel africain, entier disponible pour une alternative philosophique et technique de développement économique, de conception du bien être collectif.

Les professionnels du marketing chiffreraient à des millions les sommes d’argent que les multinationales dépensent en frais publicitaires et de communication pour incruster les noms de leurs marques dans les univers évoqués spontanément par les acheteurs. Ainsi des noms de marques sont-ils passés dans le langage populaire quotidien moyennant des politiques promotionnelles suivies et onéreuses.

En entrant dans le Larousse, illustration particulière d’une pénétration des mentalités occidentales (non fin en soi), le djembé réalise ce que des mastodontes des marchés globaux réussissent à grands renforts de réclame. Une performance invisible mais combien remarquable.

Car à l’origine le djembé n’est que le nom local sénégalais, dans la langue wolof du tambour africain, devenu nom générique commercial d’une gamme de percussions profanes africaines, d’Afrique de l’ouest spécialement. Par la force et la puissance de l’esthétique africaine, sous estimé par ses promoteurs naturels les Etats et par les professionnels africains dont beaucoup miment par formation et déformation les styles de vies des compradores africains, pris dans les ressorts psychologiques de l’aliénation culturelle, le djembé est devenu un produit mondial. Les producteurs africains, artisans du Sénégal, du Mali, du Ghana, du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire ont pris une part importante par leur faculté d’adaptation et d’innovation dans le développement d’un produit qui rempli des fonctions polysémiques sur les marchés occidentaux.

Instrument de musique, percussion à usage ludique ou professionnel, le djembé est aussi objet de décoration. Ses différentes tailles offrent à l’utilisateur le choix entre les utilités qu’il lui assigne. Singulièrement "tribal", il Invite par lui-même à une utilisation en groupes, groupes de musique, amateurs réunis, … Son accès est assez démocratique puisque la différence de niveaux entre joueurs n’empêche pas le débutant d’y prendre un réel plaisir. Ainsi, créateur de lien, communicatif et affectif, le djembé tend à résoudre les tensions psychologiques des consommateurs occidentaux, liées aux effets pervers de l’individualisme, de la pression professionnelle, à l’instar des pratiques ludiques comme le rollers, … Son caractère de pratique communautaire se déploie désormais dans des cours de percussions et de danses africaines qui lui offrent des opportunités commerciales nouvelles.

Face à une demande occidentale croissante, les fabricants de djembé ont su adapter leur produit aux tendances de marchés et de consommation. Ainsi ont-ils différencié les djembés œuvre d’art des autres, tenu compte des couleurs, tailles faciles à transporter et poids, qui ont favoriser les achats de masse. Ils ont appris les spécificités des marchés européens, américains, asiatiques.

Sur le plan technique, les professionnels de la musique se sont mis en cheville avec les artisans et les djembés sont accordables pour les rendre performants dans l’industrie musicale de haut niveau (studios d’enregistrements, concerts de musique, récitals, rap...).

L’ergonomie a été retravaillée, des housses ont été rajoutées pour protéger le matériel, ce qui a des implications de filières économiques, un renforcement des relations avec l’industrie textile.

En bref le produit n’a pas simplement plu. Il a plu et a été développé dans le sens du marché, par un suivi des attentes et modifications d’attentes, par des relations étroites avec le marché via les importateurs et utilisateurs. Le résultat est au rendez-vous.

L’ombre au tableau n’est pas des moindres malgré tout, qui concerne toute la culture matérielle exportable d’Afrique, c’est bien l’imitation asiatique, aidée par des importateurs euro-américains à la recherche de moindres coûts et d’une rapidité de livraison sur lesquels les artisans ont un gap de compétitivité. L’indifférence des Etats africains, à quelques exceptions près comme l’Afrique du Sud, continuera de porter une atteinte grave aux droits de propriétés des peuples et cultures, pillées hier et aujourd’hui encore par la cruelle incurie des responsables culturels du continent et le manque de vision des grosses fortunes. Manques à gagner et dépossession aux yeux du monde.

Pourtant la leçon du djembé pourrait s’appliquer dans tous les artisanats et produits de la culture africaine, pharmacopée, art de vivre, gastronomie avec les succès en Occident des jus de bissap et gingembre, sans oublier la culture immatérielle (contes, musique, imaginaires …).

Z

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
abo

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>