<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Musique sur Afrikara
Les derniers commentaires
  21MlLdgEeYUn : eWo7J3HFaQ ( 12 Mars 2017 14H22)
Yeah that's what I'm talking about bay-b-nice work!
  4m5Hz6GGf : mMaa24t0 ( 29 Novembre 2015 10H15)
J adore le comique de re9pe9tition des buglueors qui re9pe8tent que Dick Rivers est mort.Cela me rappelle Pascal Sevran qui avait publie9 un de9menti [lire la suite]
  bobo : rectificatif ( 14 Juin 2008 22H13)
je voudrais juste rectifie: le 1er album de Lura c'est "Di Korpu Ku Alma"
  K.Raymond : felicitation ( 01 Avril 2008 17H16)
Bonjour Lura, juste te tirer mon chapeau. es toujour la tête haute. Je pense que c'est ce qui étais sur mon coeur. A tantôt.
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

M’bem di Fora de Lura, l’héritière promise de Cesaria Evora 
07/11/2007

M’bem di fora est le titre très marqué racines, que la jeune pousse et étoile filante de la musique capverdienne a choisi pour son deuxième véritable album produit chez Lusafrica, le canal lusophone officiel (musicalement parlant). M’bem di fora, «Je reviens de loin», tout un symbole pour cette capverdienne de la diaspora comme plus de la moitié de la population de ce pays qui se retrouve dans les banlieues de l’ancienne puissance coloniale, le Portugal.

 

Lura est en effet un pur phénomène musical et humain de la … diaspora. Née en 1975 à Lisbonne alors que son pays se débarrassait du joug colonial portugais, elle n’a connu que cette capverdianité et cette insularité recomposée à travers le vécu de ses parents et compatriotes du «petit pays».

 

De fait lorsque à 17 ans se croyant longtemps plus danseuse, nageuse que chanteuse elle est poussée sur les devants de la scène par une star du Zouk nommée Juka, Lura est dans les airs de son temps et surtout dans la vague de ce qui se fait dans sa communauté. R’nB, Zouk dominent les soirées capverdiennes et naturellement elle fraie avec ses rythmes qui lui permettent une entrée dans le métier, une apparition remarquée sur une compilation.  

 

Sa voix grave et pleine de volupté lui vaut déjà l’admiration de ses aînés de l’espace musical lusophone et progressivement elle fait ses classes, enregistrant un duo mémorable avec Bonga, accompagnant Cesaria Evora, et d’autres grandes gloires adulées du «Petit pays» au Portugal et vice versa. Bientôt elle les rejoindrait, sans agressivité mais avec un talent indéniable et un petit quelque chose en plus…

 

C’est en 2004 avec son album à succès Korpu di Alma que Lura trouve probablement une certaine maturité. La clé de sa rencontre électrique avec un public qui l’avait adoptée alors qu’elle naviguait sous le pavillon du sao-toméen et zoukeur Juka sera de refaire en sens inverse le voyage de ses parents. Retour aux sources avec une musique entièrement dédiée au Cap-Vert, ouvrant la grande discothèque nationale en reprenant à son compte, et sur sa voix unique les succès et classiques du riche répertoire de l’archipel. Lura s’emploie à faire revivre un spectre plus vaste de chansons anciennes et de rythmes différents, dansants, poétiques, langoureux, toujours sobres et à point. Ainsi de M’bem di fora qui nous entraîne dans l’univers chaleureux et coloré des musiques toujours vertes du terroir. Lura un cap à suivre, les racines mentent rarement tant qu’il n’y a pas d’Organismes musicaux Génétiquement Modifiés …  

 

 

Lura, M’bem di fora, Lusafrica/Sony-BMG, 2006

Esesez

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
rire

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>