<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Histoire sur Afrikara
Les derniers commentaires
  bKwRKteZW56 : dgaHywmIhOMb ( 21 Juillet 2016 19H53)
Do you know everyone who dresses like you? No, mom, tha;3#&9ts the point. Hah. Okay, I really do not wear such special clothes, but lots of girls here [lire la suite]
  iNQCVAFJnT : 9EJhA5vThl ( 29 Novembre 2015 09H01)
Qu est-ce qu elle a qui ne te plaeet pas ta machine e0 paknaces ? Je n arrive pas e0 imaginer ton BubbleTea D abord, of9 sont les Bubbles ? C est le [lire la suite]
  k5kcbuRHFxoB : KJCAB7KV ( 30 Septembre 2015 14H22)
Et en France, il y a des parents qui ne peenuvt pas acheter des livres, ni des tickets de cine9ma, ni faire pratiquer une activite9 extra-scolaire (cu [lire la suite]
  seneEsrpf : vz9noZF2Pk ( 30 Septembre 2015 12H57)
Je constate quant e0 moi Madame, que vous eates tuorojus aussi belle et naturelle. Je vous admire depuis toute petite. Si seulement tout redevenait co [lire la suite]
  Monier Alain : L'eau ( 21 Mai 2011 18H55)
bonjour,
ce qui serait a considerer c'est cet autre monde qui pouvait exister avec la mise en coupe de l'Afrique au XIV ou XV ieme siecle part [lire la suite]
  edouard boukie : eau ( 31 Décembre 2007 02H23)

Eaux originelles, celles que je reçois sur les bouts de mes pieds, avant d'entrer dans la maison parentale, après une longue absence du pays. Ces ea [lire la suite]
  Musengeshi Katata : Ne voyons pas toujours les légendes où il n´y en a pas. ( 18 Décembre 2007 22H12)
Ne cherchons pas toujours à entretenir cette fausse habitude de chercher des légendes où il n´y en a pas; laissons plutôt aux poètes et aux historiens [lire la suite]
  Ankoombiè Rê-Kengo : unité culturelle en eaux originelles ( 14 Décembre 2007 13H15)
Je me réjouis de la convergence de point de vue de cette article (qui fait écho aux travaux de moussa lam), avec les recherches personnelles que je po [lire la suite]
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

Afrique noire pharaonique et subsaharienne : Unité culturelle en eaux originelles 
11/12/2007

Les civilisations africaines par de-là l’immense richesse de leurs expressions culturelles, qui se donneraient en autant de styles, de genres, d’esthétiques aux multiples facettes, possèdent en commun un étonnant patrimoine qui les lient, et les distinguent souvent des autres. Un des lieux exemplifiant cette puissance unifiante et unificatrice des sociétés africaines, est bien le statut qu’y tient l’eau (de-là) dans l’arrière-plan philosophique, linguistique, spirituel. Une espèce de code commun de rattachement aux origines de la création.

Reliées les unes aux autres par des liens millénaires, quelques fois invisibles parce que terriblement présents sur des supports «impensés», à l’instar des mille évocations de l’eau prodigieuse, maléfique, divinité, mets et rites de pluie …,  les matérialisations culturelles du continuum négro-africain n’en finissent pourtant pas de répéter leurs théories et métalangues communes.

 

L’historien Aboubacry Moussa Lam, égyptologue à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar s’est intéressé aux rapprochements et correspondances dans la terminologie et dans le sens accordé aux noms d’eaux, de crues, d’écoulements, de divinités aquatiques. La prise ne fut pas ingrate et il l’a synthétise dans son ouvrage «La vallée du Nil berceau de l’unité culturelle d’Afrique noire» (Khepera / Presses universitaires de Dakar, 2006). L’idée d’une eau originelle, à la base de toute création est en effet répandue dans les cultures africaines, depuis le Noun égyptien, Amma le dieu d’eau ou le Nommo génie primordial fait d’eau chez les Dogon. Les Sereer présentent des cosmogonies similaires. Le lait considéré comme eau éternelle chez les Peuls s’inscrit dans cette acception de l’éternité, de l’originaire. Quant aux Fang d’Afrique centrale, ils mettent au centre de l’édifice de leurs puissantes cosmogonies Eyo, eau primordiale, incréées et comme le Noun, sans commencement ni fin.

 

Théophile Obenga dans son (le) classique «Philosophie africaine de la période pharaonique» (L’Harmattan, 1990) rappelle que dans l’ère dite bantu, la conception des eaux créatrices, fertilisantes, de leur force cosmique est présente. Les Venda rétro projettent la première création comme un trou d’eau tourbillonnante. Chez les Bambara ce sont les sources centrales du ciel qui irriguèrent la terre aux origines. Tano lui trône en dieu créateur chez les Akan.

 

Le linguiste et égyptologue en chef de l’école diopienne, tire la substantifique de cette conception particulière de l’originaire. «L’eau est et fait être». Revitalisante, généreuse aux très anciennes sociétés agraires négro-africaines, elle est «une structure», «un progrès» qui donne consistance au monde des dieux premiers.

 

De cette conception de l’avant-monde découle de nombreux avatars et divinités liées à l’eau, y compris dans les croyances populaires et superstitions. Khnoum le gardien des sources du Nil, dieu d’eau lui aussi a comme avatar le bélier. Le même bélier se trouve associé à plusieurs divinités de l’eau en Afrique contemporaine, Pieléka au Togo figure la pluie «mâle», Shango dieu Yoruba du tonnerre et de l’orage est symbolisé par un masque de bélier, tout comme  Saga Djigi dieu de l’orage chez les Mandingue qui se promène sur les nuages.

 

Les cultures africaines se rejoignent de plusieurs façons dans cette conception d’un avant-monde dominé et structuré par les eaux originelles. Une conception qui témoigne d’une unité culturelle exprimée selon différents environnements, selon des expériences historiques spécifiques et différenciées. La profusion des approches particulières au sein du grand patrimoine africain devrait faire l’objet d’un investissement intellectuel de premier ordre afin d’extraire de cette saisie des origines, totalement différente des acceptions judéo-chrétiennes, les compréhensions africaines du monde, du vivant, de l’être, des genres, de la vie, de la mort.

Z

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
abo

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>