<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Société & Politique sur Afrikara
Les derniers commentaires
  LARRY BUKNOR : offre de prêt ( 29 Août 2014 02H17)
Nous tenons à donner prêt à qui jamais qui est dans le besoin d'un prêt à faible taux d'intérêt de taux de 2% nous donnons prêt de minimum de 3.000,00 [lire la suite]
  apexcreditmanagementlimiteds@gmail.com : Il s'agit de notification vous que APEX crédit offre actuellement prêt aux nécessi ( 27 Août 2014 02H20)
Il s'agit de notification vous que APEX crédit offre actuellement prêt aux nécessiteux à un taux faible 0f 2 % et avec aucune vérification de crédit, [lire la suite]
  apexcreditmanagementlimiteds@gmail.com : Il s'agit de notification vous que APEX crédit offre actuellement prêt aux nécessi ( 27 Août 2014 02H20)

Il s'agit de notification vous que APEX crédit offre actuellement prêt aux nécessiteux à un taux faible 0f 2 % et avec aucune vérification de crédit [lire la suite]
  credit home : pret ( 26 Août 2014 17H21)
bonjour

Appliquer pour un prêt rapide et pratique de payer des factures et de commencer un nouveau financement de vos projets à un taux de 2% d'int [lire la suite]
  daniel c : ( 23 Août 2014 22H15)
Bonjour, je suis M. Daniel chambres, un organisme de prêt de prêt privé qui
donne des prêts d'opportunité de temps de vie pour payer vos factures pe [lire la suite]
  mr frank : loan offer ( 23 Août 2014 02H16)
Demandeur de prêt Cher

Je suis M. franche et je suis un prêteur financier privé enregistré, légitime et certifié. J'opère une entreprise de prêt d [lire la suite]
  Perry Smith : Loan Offer ( 20 Août 2014 10H38)
Bonjour, je suis M. Perry Smith, non lender de prêt Privé Qui
Donne des prêts d'Opportunité de Temps de Vie.
Avez-vous Besoin d'ONU prêt d'Urgence [lire la suite]
  refinna : Offre de prêt ( 19 Août 2014 12H28)
Bonjour Monsieur & Madame Particulier ,je vous offre de prêt de 500€ à
1.000.000€ à toute personne capable de le rembourser avec intéret
au taux de [lire la suite]
  Perry Smith : Loan Offer ( 19 Août 2014 02H50)
Bonjour, je suis M. Perry Smith, un prêteur de prêt privé qui
donne des prêts d'opportunité de temps de vie.
Avez-vous besoin d'un prêt d'urgence [lire la suite]
  papafeticheur : RETOUR AFFECTIF ( 18 Août 2014 14H42)
Je suis le Médium Maître Marabout dah djogbe réputé dans le monde entier par mes pouvoirs occultes au pays de la sorcellerie et de la magie. J’ai déjà [lire la suite]
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

Aime Cesaire : Clés d’entrée dans l’univers du nègre fondamental 
18/10/2005

 

 

Césaire est né à Basse-Pointe en Martinique en 1913, issu de la petite bourgeoisie noire montante, les Noirs aisés. Sa famille, par le grand-père et par le père, fait partie de la petite élite noire de l’île, « (…) démunie et n’ayant d’autre atout que leur position intellectuelle - position qui sera consolidée par leur père. »[1]

Le jeune Césaire réussit ses études secondaires et obtient une bourse pour la Métropole, recommandé au lycée Louis-le-Grand par son professeur, ancien élève de l’École Normale Supérieure, Revert (1931). Comme Senghor, il se destine au professorat. Il arrive à Paris en 1931, s’inscrit aussi en Hypokhâgne où il fait la connaissance d’Ousmane Socé et de Senghor qui en sortait. Il fréquente le petit monde littéraire nègre dont les acteurs sont pour la plupart, issus de la bourgeoisie antillaise à Paris, un milieu assimilationniste et mondain avec les sœurs Nardal qui tenaient un salon littéraire. L’année de la parution de L’Étudiant noir, Césaire est reçu à l’E.N.S. Parallèlement, il poursuit la préparation de sa licence ès Lettres en Sorbonne et un peu plus tard, l’agrégation de lettres.

Il disparaît de la scène littéraire entre 1935 et 1939, intervalle pendant lequel, disent Ngal et Steins[2], Césaire se marie alors que des difficultés de santé le conduisent à un désintérêt passager pour ses études. Après des vacances en Martinique (1936), il se met à l’écriture du Cahier d’un retour au pays natal. C’est en 1939, que Césaire sort diplômé de l’E.N.S. Il rentre à la Martinique où on le nomme, ainsi que sa femme Suzanne, professeur au lycée Schoelcher.

Le couple crée la revue Tropiques à laquelle collabore plus tard Ménil et Maugée. Cet organe, outre son obédience surréaliste, est tourné vers la Martinique, son folklore, ses contes et vers l’Afrique. Parallèlement aux écrivains négro-africains des années quarante, cette revue, par l’intermédiaire des articles de Suzanne Césaire, va essayer de saisir la personnalité du Martiniquais. Elle est influencée par l’ethnologue allemand Léo Frobenius qui porte un regard positif sur le Noir (en diffusant un discours sur le Noir de connaissance scientifique).

L’ethnologue distingue deux types de civilisations africaines : d’abord éthiopien -relation au végétal et conception patriarcale du clan ; ensuite, hamitique -relation à l’animal- : conquête du droit de vivre par la lutte. La personnalité martiniquaise, d’après Suzanne Césaire, est rattachée au Négro-africain, puis au type éthiopien. Elle en donne pour preuve le mode de vie et d’organisation sociale du Martiniquais. Elle conclut que l’ethnologie appliquée sert à classifier :martiniquais => Africain => Éthiopien ; que la quête des ancêtres et l’application des résultats à la Martinique à partir d’une autre société -africaine- est un universalisme de l’ethnologie. Or, fait remarquer le comparatiste Romuald Fonkoua[3], Suzanne Césaire n’opère pas d’interrogation critique des outils utilisés, c’est-à-dire une réévaluation de la démarche méthodologique à partir de l’Afrique. Sa démarche correspond davantage à une quête du moi. Suzanne Césaire ne pouvait pas, avec ces outils, résoudre ce problème qu’elle avait aperçu : la difficulté d’applicabilité de la théorie de Frobenius à la société martiniquaise (pratique). Mais elle se situe dans la lignée des penseurs et écrivains antillais qui voulaient exprimer le moi antillais.

Césaire sera consacré par Breton qui lui rendra visite en Martinique (1941) avant de rejoindre les États-Unis. Le régime policier de Vichy interdit la publication du journal jusqu’à ce que la Martinique se rallie à de Gaulle[4]. Césaire est chargé par le gouverneur de l’île, Mabille, d’effectuer une tournée de conférences en Haïti en vue de reprendre les contacts avec les pays voisins. À la fin de la guerre, sa candidature sur la liste communiste aux élections municipales le hisse à la mairie de Fort-de-France (1945), puis aux législatives, il devient député de la Martinique à l’Assemblée Nationale et y rejoint le groupe communiste jusqu’à sa rupture de 1956 qu’illustre sa Lettre à Maurice Thorez. Son action politique le conduit à faire voter la départementalisation de la Martinique qui entérine l’assimilation de l’île à la nation française, mais avec une décentralisation accrue du pouvoir. L’évolution de sa pensée politique aboutit à l’idée d’une fédération Antilles-Guyane. Il se maintiendra longtemps dans cette position. Entre 1946-1950, les colonies françaises connaissent des répressions consécutives à des insurrections. Césaire restera maire de Fort-de-France jusqu’à ce qu’il décide, dans les années quatre-vingt-dix, de ne plus se représenter.

Césaire publie son ultime recueil poétique Moi, laminaire[5] en 1982.

Sur le plan littéraire, le Cahier d’un retour au pays natal évoque, certes, le retour aux Antilles, mais aussi la revendication du retour à la liberté après des siècles d’oppression/esclavage pour le Nègre en général. Les choses s’explicitent davantage dans son Discours. Dans l’essai historique, Toussaint Louverture, deux éléments retiennent l’attention : en premier lieu, le problème colonial, l’esclavage et la présence du réflexe coloriste dans les relations interpersonnelles dans Saint-Domingue ; en second lieu, le personnage de Toussaint Louverture. Il s’agit de références non seulement à l’esclavage -le problème colonial-, mais aussi à la liberté ou à sa quête -Toussaint Louverture. Son théâtre s’articule autour de héros — Le Rebelle (Et les chiens se taisaient) — à la recherche de leur libération par la résistance à l’oppression, ou qui, l’ayant acquise — le roi Christophe (La tragédie du roi Christophe) et Patrice Lumumba (Une saison au Congo) —, sont confrontés à la difficulté d’en assumer les conséquences. Pour la pièce Une tempête, on ne peut que suivre Rémy Sylvestre Bouelet qui écrit dans Espaces et dialectiques du héros césairien (Paris, L’Harmattan, 1987, p.117) : « À travers Prospero la supériorité se trouve menée, à travers Ariel et Caliban, l’infériorité peut se muer en supériorité. Les couples Caliban-Prospero et Prospero-Ariel animent donc dans Une tempête un combat pour la liberté dont on attend patiemment l’issue ; (…) » En définitive, une thématique principale domine la production littéraire de Césaire : la quête de la liberté.

Aujourd’hui, Césaire est contesté par des auteurs martiniquais qui lui reprochent de n’avoir pas suffisamment mis en valeur la « créolité ». On peut citer notamment, deux auteurs, par ailleurs partisans de l’indépendance de l’île, le premier, Raphaël Confiant qui a écrit un ouvrage polémique — au sens où il s’agit d’une prise de position dans le champ littéraire nègre ou plutôt devrais-je dire antillais ? — relatif aux « paradoxes » de Césaire et le second qui est l’écrivain Patrick Chamoiseau, soutenu en Métropole par le critique français Guy Scarpetta.

 

Buata Malela.

 



[1] G. Ngal, Aimé Césaire, un homme à la recherche d’une patrie, Paris, Présence Africaine, 1996, p.26.

[2] M. Steins, « Nabi nègre », in Césaire 70, sous la direction de Ngal et Steins, Paris, Silex, 1984, p.228-272.

[3] R. Fonkoua, Essai sur une mesure du monde au XXe siècle : Édouard Glissant, Paris, Honoré Champion, 2002.

[4] J. Adélaïde-Merlande, Histoire générale des Antilles et des Guyanes. Des précolombiens à nos jours, Paris, L’Harmattan/Caribéennes, 1994. L’amiral Robert est chargé par le régime de Vichy de contrôler les Antilles. Le soulèvement de la garnison du camp de Balata mené par le commandant Tourtet mettra fin au pouvoir de cet amiral pétainiste.

[5] On peut retrouver l’ensemble de sa poésie dans A. Césaire, La poésie, édition établie par Daniel Maximin et Gilles Carpentier, Paris, Seuil, 1994. Le théâtre, la poésie et les essais dans A. Césaire, Œuvres complètes, Fort-de-France, Desormeaux, 1976.

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
rire

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>