<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Proverbes sur Afrikara
Les derniers commentaires
  oefTJacdOP2 : RuNBuJsTb9G6 ( 21 Juillet 2016 13H09)
I really appcreiate free, succinct, reliable data like this.
  655n3yALOWKe : Tz42inDKy2jx ( 30 Septembre 2015 15H22)
How to take your campaign by such cuetomsr ? 1/ Already, transfer the account managers too old in their heads. Often, the best campaigns do not even l [lire la suite]
  miss : Autre proverbe africain ( 17 Novembre 2006 09H20)
Lukuta eyaka na ascenceur, vérité eyaka na escalier pe ekomi. cad le mensonge vient pas l'ascencenur, mais la vérité vient par les escalier , mais ell [lire la suite]
  muna loko : la vérité ( 15 Mai 2006 08H49)
la vérité est simplement vrai parce que c'est la vérité,on ne peut pas la transformer la détourner ni la changer.
UN VRAI DE VRAI
  sassa : ( 16 Janvier 2006 21H39)
CERTES LE MENSONGE LUI A BESOIN D4ETRE CONSTRUIT ALORS QUE LA VERITE EST.
  safae : excellent ( 21 Décembre 2005 22H51)
je trouve que cet article est très intéressant,il est bien rédigé,avec un registre soutenu qui dégage une morale sur la menterie.
  djillali : ( 15 Septembre 2005 22H27)
salut
  samira : salam ( 15 Septembre 2005 22H26)
bonjour
  camara : exposé ( 01 Février 2005 22H19)
s'il vous plais aide moi de faire mon exposé merci
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa 
16/01/2005

Ployant sous le fait du vécu, de l’expérience et de la connaissance des choses anciennes, lointaines et cachées, le sage haoussa a vu dans le mensonge et ses dérivés sociétaux, corruptions, révisionnismes, négationnismes, mensonges d’Etat ou propagandes politiques, fraudes diverses, une nature périssable essentiellement qui inévitablement rendra à la vérité son règne. Le juge arbitre, répartiteur et réparateur étant le temps, sa majesté, imperturbable de discernement et d’impartialité.

L’optimisme mesuré du proverbe africain puise aux sources du passé et de l’expérience pour établir une relation inviolable entre une chose et son apparent contraire, le mensonge et la vérité. A ceci près que la nature intrinsèque du mensonge comme chose fugitive et périssable en fait une espèce de non-réalité, une espèce d’apparence vivante, un quelque chose en sursis, comme une position politique, économique, sociale, civilisationnelle appelée à être balayée par une nécessité immanente…

Pour autant l’optimisme qui s’extrait de ce proverbe garde sa force sans perdre de sa relativité. La question n’est pas de l’impossibilité du mensonge, de faux en écritures saintes et laïques comme de l’endettement factice et comptable de ces Tiers-Mondes en réalité créanciers de l’Occident, l’optimisme philosophique haoussa établit jusqu’au règne du mensonge. Ephémère mais effectif et par conséquent performatif, suivi d’effets. 

Le réparateur, répartiteur, juge-arbitre, déité temps se chargera, se charge déjà mais pour un terme non advenu, simultanément avec le règne des propagandes, mensonges d’Etat, calomnies religieuses, malsaines saintes écritures, de l’aridité sociale de la remise en ordre. Aridité toute relative, ouverte à euphorie, celle des retours en grâce humaine et sociale, comme des prisonniers injustement condamnés et aujourd’hui libérés par la foudre que le monarque n’a su corrompre…

Et l’histoire antique ou contemporaine des peuples du monde de proposer des applications et illustrations innombrables de la sagesse haoussa. Car c’est ce même haoussa, que la furie exterminatrice de l’oppression coloniale a fait répéter et ânonner nos ancêtres les gaulois, qui a appris à l’école et dans les différentes étapes de l’initiation à la civilité blanche, en Afrique et dans le monde dominé par elle, qu’il était au mieux esprit pré-logique, pré-newtonien, primitif ou sauvage. Pensant sauvagement aurait dit une institution.

Difficile est la retombée, de devoir déduire par les méthodes universels de bon sens et d’historiographie que ces descendants maudits de gaulois, hier sauvages, fainéants, indifférenciés de l’animalité, sont les seuls responsables des merveilles de l’Egypte, du Soudan, de l’Ethiopie, du Zimbabwe-Monomotapa, de Tombouctou et Djenné. Difficile de cacher mais plus douloureux encore de s’aplatir en reconnaissance de la filiation africaine de la Grèce antique, d’en démystifier le miracle ramené à une simple formation de base en classe africaine moyenne…Tel est un des prix de la vérité, lorsque doit s’éteindre la dominance du mensonge.

Ecrits et salves irrésistibles de tribuns et avocats plaidant un monde en demande secrète de servitude, supplique réitérée d’une spoliation par l’Occident, tels étaient le mensonge de civilisation dont se chargeaient les savants les plus fameux de l’Europe éclairée, Hugo, Hegel, Gobineau, Kant…

La vérité est aujourd’hui advenue, côté science, côté ADN, alors que tous les investissements d’Etats européens pour mesurer la suprématie que la nature devait rendre tangible s’avèrent étrangers à la science, comme un vulgaire sans-papier français serait étranger au Sénégal ou aux Etats-Unis, obligé de recourir à la vieille ficelle matrimoniale du mariage blanc pour vivre à New-York.

Bien sûr la vérité en droit, en science et en connaissance qui aurait rattrapé et renversé puis éteint le feu du mensonge d’Etat, du négationnisme, du révisionnisme, de la suprématie raciale, en appelle à une autre qui elle aussi est médiatisée par le temps, la vérité dans les faits, réparations, actions correctrices. Ce n’est pas parce qu’une théorie est inattaquable, fondée incontestablement, qu’elle court les bibliothèques, qu’elle manifeste une sympathie avec les décideurs, les élites, souvent producteurs, conservateurs, ou bénéficiaires héritiers des mensonges anciens édifiés en administrations.

Il y a loin de la vérité en connaissance à la vérité en action, mais là encore la même sagesse ne nous précède t-elle pas, à savoir que le retour inéluctable de la vérité positive, active et régénératrice est au bout du cycle du mensonge en action, positions sociales usurpées, ruptures et co-ruptures de la légitimité, de la légalité, captations de prestige, de notabilités et honorabilités cumulées avec des pillages en règle de ressources en vérité propriétés d’autres…

Les pères inféconds des nations imaginaires africaines, à la tête de grandes familles-états-ethnies résistent mal à la sanction du temps, une fois vomis les étouffoirs des partis uniques, les simulacres électoraux, les mascarades du développement, et là comme ailleurs la vérité n’en est encore qu’au début de sa geste irrésistible, celle dont le mensonge n’échappe pas. Rues, complexes sportifs et culturels, biens collectifs débaptisés, paragraphes évaporés des manuels scolaires, insultes publiques, dédains et risées populaires, les hiérarques des premiers temps des post-colonies voient d’ici ou d’ailleurs, s’effacer leurs noms de la nomenclature des bienheureuses figures. De nouveaux noms apparaissent ou réapparaissent, Lumumba, Sankara, Nkrumah, Sisulu, …qui propulsent les auto-proclamés auto-canonisés dans les colonnes du passif à retenir.

Il ne peut en avoir été autrement des Kennedy, De Gaulle, Mitterrand le socialiste tiers-mondiste, pareillement de leurs environnements d’éclosion en cours de liquidation, comptabilité et inventaires tenus, guerre froide, Coopération internationale, Aide, droits de l’homme etc.

Ce décalage ontologique entre temps du mensonge et avènement de la vérité déterminerait-il un temps du fléau, de la disette morale et intellectuelle, du chaos ?

Attendu que la vérité économique est le véritable prix des choses, la compétitivité et la richesse des nations ; que la vérité politique est la faculté à produire du vivre-ensemble et à en sélectionner les gestionnaires, doctrines et doctrinaires appropriés ; que la vérité sociale est dans les positions relatives des uns et des autres ; que même les rapports entre peuples en relation sont soumises à cet éternel rattrapage du mensonge par la vérité ; alors il vaut d’attendre, tout en y contribuant sans délai, ce point d’arrivée lointain et si proche car terme inévitable du tout.

Les crypto-papautés exotiques, ivres de rênes politiques fondantes, leurs épigones plus ou moins proches et les clientèles à génuflexions par l’odeur alléchées méditeraient à bonne fin le proverbe haoussa.

 

 

Akam akamayong

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
rire

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>