<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Proverbes sur Afrikara
Les derniers commentaires
  Daniel Maneka Walongwa : proverbes ( 20 Janvier 2016 13H15)
Tout proverbe ressemble au couteau à double tranchants. Il influence, coupe, taille, blesse dans les deux sens sinon dans tous les sens. Dans le panie [lire la suite]
  sooLXFnquuJtYTzwcn : NpLUOLpHBEHC ( 02 Septembre 2012 12H31)
J'ai teste9 et il marche tre8s bien de mon cf4te9 alors je ne cpdnreoms pas. Si tu veux, je peux te l'envoyer en prive9 si cela t'inte9resse toujours. [lire la suite]
  BISSAI : Admirable ( 23 Novembre 2004 16H20)
Ces quelques ligne pour rendre hommage a la qualite des textes qui commentent vos proverbes. On croirait entendre un pasteur ou un pretre du haut de s [lire la suite]
  j medjo : mille bravos ( 21 Octobre 2004 16H48)
je découvre avec plaisir votre site et voudrais vous féliciter pour la richesse et la qualité de vos articles. je renouvelle également mes amitiés à m [lire la suite]
  mouyabi : Bravo ( 17 Octobre 2004 01H30)
j'ai lu vos proverbes attentivement, la qualité d'écriture et le soin de la réflexion sont à la hauteur de ce que j'ai cru voir ici.
B [lire la suite]
  paul : ( 17 Septembre 2004 23H14)
le proverbe est d'une pertinence rare, son explication et l'origine historique est très bien relatée mais la suite de l'article par da [lire la suite]
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

Dans le panier, les poulets se transmettent leurs tâches, assure le proverbe Beti 
21/02/2005

Kub é a kalan mekel a nkoé, dit autrement, on contracte les habitudes de celui qu’on fréquente. Cette vision dynamique des comportements humains recale le préjugé fixiste des sociétés africaines réputées immobiles, stéréotypées dans des traditions et coutumes qui les rendent inaptes à comprendre et penser le changement. Le proverbe Beti met en avant la force du contexte, de l’environnement et de l’interaction de l’individu avec l’ensemble dans lequel il évolue, interaction expliquant et imposant ses mutations comportementales, ses déviances, ses transgressions ou ses progrès.

 

Les Beti, à l’instar de bien des peuples africains avaient coutume de transporter les poulets dans des paniers tressés, de la vannerie utilitaire, lorsqu’ils allaient les offrir en présents à des hôtes ; et justemensaient-ils, après un certain temps passé à piauler ensemble, ces poulets se communiquaient leur plumage.

Ce proverbe apporte une intelligence et une connaissance en psychologie individuelle et collective, il montre que des individus, des groupes sociaux, des institutions, placés dans un contexte de voisinage, de copinage, d’interrelation, d’interaction, de contacts poussés et de grande proximité, pris dans une période de temps critique, vont se transmettre des caractères, habitudes, manies, modes, parlers, affects, etc.

L’humain et la société comme les civilisations et le vivant dans son ensemble ressortissent à autre chose que les déterminismes exclusifs de l’innéisme, l’acquis prend une pertinence sociale et sociétale majeures. La sagesse ici est celle de la culture, au sens large mais dans une dimension précise qui la fait se mouvoir par la proximité relationnelle, les effets d’imitation, de socialisation, de contagion, d’actions réciproques des uns sur les autres.

La force de l’évocation dans cette image consiste à pousser l’incidence des influences comportementales liées à la fréquentation intensive de lieux et groupes de pairs, jusqu’au changement somatique, au-delà des effets psychologiques. La sagesse Beti extrapole la traduction de cette mutation psychique aux confins de modifications physiques, pour en accentuer la veine. On prend les caractères les uns des autres comme on prendrait leur apparence… De la sorte et c’est chose répandue en Afrique, lorsqu’on adopte les comportements d’un groupe socio humain différent du sien, on ne dit pas simplement que vous avez changé, on dira que vous êtes désormais membre du groupe concerné, d’où des stigmatisations du type : «lui, c’est un blanc», « il est maintenant un grand quelqu’un, il ne nous connaît plus ».

L’application la plus fidèle de ce proverbe concerne néanmoins les jeunes, d’où l’identification aux poulets, poules et coqs non accomplis, en devenir et donc supposés sujets privilégiés à des évolutions et involutions psychologiques et comportementales. C’est dans ce sens que ce proverbe est très approprié aux périodes scolaires et au suivi éducatif des enfants notamment, mais pas exclusivement.

En effet le milieu scolaire est bien celui où se contractent outre des contenus didactiques robustes -on l’espère-, des habitudes, des façons de faire, de voir, d’agir. Les formes de violences qui se développent auprès de la jeunesse, avec la socialisation mondiale de l’agressivité déversée à longueur d’émission télé par les programmes à succès, trouvent un terrain d’expression idéal à l’école, souvent à l’insu et dans l’ignorance des parents inattentifs ou dépassés.

Dans les pays occidentaux que l’opulence étouffe peu à peu, la circulation et la consommation de drogues de tous genres explose en milieux scolaires laissant les parents quelques fois pantois et mal armés pour répondre à des comportements, déviances et révoltes inédites. Dans les pays africains, l’école permet aux enfants de plonger précocement dans l’univers des transgressions comme l’achat de notes, la corruption des enseignants, la prostitution scolaire ou la pratique de la sorcellerie à motifs de séduction ou de manducation mystique.

L’école est comme ce panier où les poulets s’échangent leurs tâches et la couleur de leur plumage, elle conditionne les uns et les autres, les uns par rapport aux autres, de telle sorte de que surgissent dans les familles des habitudes, comportements et conflits inconnus et déstabilisateurs. Heureusement cette institution peut également avoir des incidences et co-incidences positives sur les jeunes poulets, en leur insufflant une saine émulation, l’esprit de camaraderie, de solidarité, d’excellence… Le proverbe contient par ricochet une dose de méfiance par rapport à des degrés de promiscuité sociale pervers, il sonde une compréhension des phénomènes d’interculturalité, de métissages socioculturels, et d’innovations comportementales.

Coqs et poules, parents de jeunes scolarisés ou non, faites attention aux paniers qui transportent vos rejetons de poulets, le proverbe Beti vous aura prévenu et la société ne vous sera jamais assez reconnaissante de votre attitude prévenante… Mais cela dépend aussi du panier dans lequel votre pays, votre civilisation vous convoient.          

 

Ze Belinga

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
abo

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>